Guide pratique des troubles de la vision

Loeil humain est un des organes les plus complexes. Tous les signaux que nous recevons à travers nos yeux vont directement à notre cerveau. C’est là que le processus visuel est traité, et qu’est créé ce que nous voyons. Couleurs, formes, tailles, environnements… Imaginez tout cela, plus vite qu’un battement de cils.

Guide pratique des troubles de la vision, leurs causes, leurs caractéristiques et leurs traitements.

Les troubles de la vision les plus courants

La myopie peut se développer dès la vingtaine, et peut également être congénitale. Les personnes souffrant de myopie voient plus clairement les objets proches que les objets distants. Selon le degré de myopie, les objets situés à moyenne distance peuvent être perçus plus ou moins nettement. Il existe plusieurs causes à la myopie : un globe oculaire trop long, qui déplace le point de netteté supposé être sur la rétine ; une courbure trop importante de la cornée… Un simple test chez l’opthalmologiste permet de diagnostiquer la myopie et de la corriger grâce à des verres correcteurs.

Contrairement aux personnes souffrant de myopie, les hypermétropes voient nettement de loin, et flou de près. Ils peuvent corriger leur vision en maintenant une tension dans les muscles des yeux. Mais cela peut provoquer des maux de tête persistants et même des problèmes de concentration. Le globe oculaire est trop court, ce qui déplace là encore le point de netteté. L’hypermétropie peut se développer dès l’enfance, mais peut être corriger avec des lunettes appropriées.

L’astigmatisme provoque une vision floue ou déformée. Contrairement à la myopie et à l’hypermétropie, l’astigmatisme touche aussi bien la vision de près que de loin. Il est causé par une forme irrégulière de la cornée. Les symptômes classiques de l’astigmatisme sont des maux de tête persistants et une vue fatiguée. Le strabisme est également commun chez ceux qui souffrent d’astigmatisme. Après une stimulation visuelle prolongée (lecture, télévision, travail sur ordinateur), ces symptômes sont fréquents. L’astigmatisme apparaît lorsque la lumière ne se focalise pas sur un point de la rétine mais sur plusieurs. Là encore, une simple visite chez l’ophtalmologiste permet de détecter l’astigmatisme et de le corriger avec une paire de lunettes de vue.

La presbytie se développe le plus souvent à la quarantaine. C’est une conséquence naturelle de la vieillesse de l’oeil. Le globe oculaire commence à perdre de son élasticité, et permet le développement de la presbytie. Les premiers signes sont la difficulté à lire, les lettres deviennent floues, une plus grande difficulté à distinguer nettement les objets de près tandis que les objets de loin restent plus faciles à observer. Des lunettes de lecture corrigent facilement ce problème. Un rdv chez l’ophtalmologiste vous donnera la bonne correction.

L’héméralopie rend difficile voir impossible de voir lorsque la lumière est basse, ou lorsqu’il fait trop sombre. Ceux qui en souffrent ont non seulement des difficultés à voir la nuit, mais peuvent aussi souffrir lorsque la luminosité est trop forte. Elle est causée le plus souvent par un pourpre rétinien insuffisant, ou par un manque de vitamine A, et peut être présente dès la naissance. Il n’y a malheureusement pas grand chose à faire pour corriger ce problème. Il est possible de faire de la chirurgie, mais les résultats ne sont pas garantis.

Pour vérifier si une personne souffre d’héméralopie, l’ophtalmologiste mettra une goutte de produit dans les yeux du patient. Puis il vérifiera la dilatation de la pupille à l’aide d’une lampe à fente.

Le daltonisme touche plus les hommes que les femmes. Il est le plus souvent génétique, mais peut aussi être le résultat d’un diabète, d’une sclérose ou tout simplement de la vieillesse. Les daltoniens peuvent voir aussi clairement que les autres, mais ils ne peuvent pas distinguer correctement le bleu, le rouge et le vert. La plupart des daltoniens ne peuvent pas faire la différence entre ces trois couleurs. Le daltonisme peut être plus ou moins fort. En réalité, près de 40% des daltoniens ne saveent même pas qu’ils le sont. Cela peut poser problème avec les feux de signalisation. Certaines personnes choisissent de porter des lunettes aux verres teintées. A ce jour, il n’y a pas de remède au daltonisme.

Puisqu’il existe différents types de daltonisme, les planches de test Ishihara permettent de déterminer le niveau de daltonisme. Le test est composé de 38 planches colorées. Sur chacune d’entre elles, des points de couleur sont positionnés aléatoirement. Un chiffre apparait sur les planches, formé par des points de couleur différentes. Une personne avec une vision normale peut distinguer clairement les chiffres, mais pas une personne souffrant de daltonisme. Grâce à ce test, l’ophtalmologiste peut déterminer le niveau de daltonisme du patient et compléter son diagnostic à l’aide d’une anomaloscope.

Alors, avez-vous besoin d’un ophtalmologiste ?

Maintenant que vous comprenez le fonctionnement des différents troubles de la vision, vous pouvez vérifier votre vue. Il existe de nombreux tests, c’est alors une question de préférence. L’oeil est un organe extrêmement complexe, et en même temps un des plus fragiles de notre corps. C’est pourquoi vous devez y faire attention. Pour un bilan complet de votre vision, une visite chez l’ophtalmologiste est fortement recommandée. Vous seriez surpris de voir à quel point quelque chose d’aussi simple qu’une ordonnance pour lunettes peut changer votre vie, et cela commence par un simple test de vision.

Chaque signal que nous recevons est transmis à notre cerveau sous forme de lumière. Ce signal est alors interprété par le cerveau. Les muscles des yeux permettent l’ajustement de votre vision. Que ce soit en relâchant ou en contractant, quand l’oeil se focalise sur un point, on parle d’accomodation. Si l’image créée durant l’accomodation est formée sur la rétine, alors vous pouvez fièrement dire que vous avez une vision parfaite. Mais s’il y a le moindre disfonctionnement, l’image devient floue ou déformée. L’ajustement n’est pas possible, et l’image est créée avant ou après la rétine et non sur elle. Ces images floues sont le résultat d’un combat entre le cerveau et les muscles des yeux qui ne parviennent pas à travailler ensemble pour la création de l’image. Cela provoque des migraines persistantes ou une pression derrière les yeux. Si vous avez ces symptômes, vous souffrez sans doute d’un trouble de la vision.

Le test le plus commun utilisé chez l’ophtalmologiste est un test manuel qui vérifie chaque oeil séparément. Le spécialiste tient généralement des cartes à une certaine distance du patient. Cela commence par des lettres que le patient doit lire, et leur taille diminue au fur et à mesure. Plus vous en lisez, meilleure est votre vision. Sinon, renseignez vous sur les différents troubles et tests.